Bienvenue sur le portail web du PRAPS : Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel

.

PAYS – PRAPS – NIGER


Logo-PRAPS-NIGER-Bandeau

NIGER : Pays du PRAPS 

Le PRAPS est né de l’initiative du Groupe de la Banque mondiale de concrétiser la volonté exprimée à Nouakchott, le 29 octobre 2013, par les Gouvernements du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Tchad et du Sénégal de synchroniser les énergies et de mutualiser les efforts afin de réaliser «un effort ambitieux pour un pastoralisme sans frontières». La Déclaration de la capitale mauritanienne retient que « le pastoralisme est vecteur de croissance, de sécurité, de paix, de stabilité et de création d’emploi, et qu’il contribue à faire reculer l’insécurité alimentaire, la malnutrition et la pauvreté dans les territoires qu’il anime et qu’il structure ».

Contexte du PRAPS :  Fait partie de l’Initiative Sahel lancée par la Banque mondiale (BM)
En droite ligne de la DÉCLARATION DE NOUAKCHOTT SUR LE PASTORALISME (29/10/2013) qui donne l’architecture du PRAPS (dispositions institutionnelles et 4 composantes techniques)

Améliorer l’accès à des moyens et services de production essentiels et aux marchés pour les pasteurs et agro-pasteurs dans des zones transfrontalières sélectionnées et le long des axes de transhumance dans les six pays Sahéliens, et améliorer la capacité de ces pays à répondre à temps et de façon efficace en cas de crises pastorales ou d’urgences.
Projet régional pour 6 pays Sahéliens (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad et le Sénégal)
Coordination régionale: CILSS
Coordination nationale: PRAPS-SN
6 ans (2015-2021): 30 MUSD soient 15 Milliards de FCFA dont 10 MUSD de fonds IDA National et 20 MUSD de fonds IDA Régional et 1.2 milliards de FCFA du BCI.

  Lire la suite

Le PRAPS est né de l’initiative du Groupe de la Banque mondiale de concrétiser la volonté exprimée à Nouakchott, le 29 octobre 2013, par les Gouvernements du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Tchad et du Sénégal de synchroniser les énergies et de mutualiser les efforts afin de réaliser «un effort ambitieux pour un pastoralisme sans frontières». La Déclaration de la capitale mauritanienne retient que « le pastoralisme est vecteur de croissance, de sécurité, de paix, de stabilité et de création d’emploi, et qu’il contribue à faire reculer l’insécurité alimentaire, la malnutrition et la pauvreté dans les territoires qu’il anime et qu’il structure ».
EQUIPE est né de l’initiative du Groupe de la Banque mondiale de concrétiser la volonté exprimée à Nouakchott, le 29 octobre 2013, par les Gouvernements du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Tchad et du Sénégal de synchroniser les énergies et de mutualiser les efforts afin de réaliser «un effort ambitieux pour un pastoralisme sans frontières». La Déclaration de la capitale mauritanienne retient que « le pastoralisme est vecteur de croissance, de sécurité, de paix, de stabilité et de création d’emploi, et qu’il contribue à faire reculer l’insécurité alimentaire, la malnutrition et la pauvreté dans les territoires qu’il anime et qu’il structure ».
SUIVILe PRAPS est né de l’initiative du Groupe de la Banque mondiale de concrétiser la volonté exprimée à Nouakchott, le 29 octobre 2013, par les Gouvernements du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Tchad et du Sénégal de synchroniser les énergies et de mutualiser les efforts afin de réaliser «un effort ambitieux pour un pastoralisme sans frontières». La Déclaration de la capitale mauritanienne retient que « le pastoralisme est vecteur de croissance, de sécurité, de paix, de stabilité et de création d’emploi, et qu’il contribue à faire reculer l’insécurité alimentaire, la malnutrition et la pauvreté dans les territoires qu’il anime et qu’il structure ».
SUIVILe PRAPS est né de l’initiative du Groupe de la Banque mondiale de concrétiser la volonté exprimée à Nouakchott, le 29 octobre 2013, par les Gouvernements du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Tchad et du Sénégal de synchroniser les énergies et de mutualiser les efforts afin de réaliser «un effort ambitieux pour un pastoralisme sans frontières». La Déclaration de la capitale mauritanienne retient que « le pastoralisme est vecteur de croissance, de sécurité, de paix, de stabilité et de création d’emploi, et qu’il contribue à faire reculer l’insécurité alimentaire, la malnutrition et la pauvreté dans les territoires qu’il anime et qu’il structure ».
CONTACT est né de l’initiative du Groupe de la Banque mondiale de concrétiser la volonté exprimée à Nouakchott, le 29 octobre 2013, par les Gouvernements du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Tchad et du Sénégal de synchroniser les énergies et de mutualiser les efforts afin de réaliser «un effort ambitieux pour un pastoralisme sans frontières». La Déclaration de la capitale mauritanienne retient que « le pastoralisme est vecteur de croissance, de sécurité, de paix, de stabilité et de création d’emploi, et qu’il contribue à faire reculer l’insécurité alimentaire, la malnutrition et la pauvreté dans les territoires qu’il anime et qu’il structure ».

TitreRessourcesDRIVENIGER