Bienvenue sur le portail web du PRAPS : Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel – GESTION DES CRISES PASTORALES

Bienvenue sur le portail web du PRAPS : Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel

.

GESTION DES CRISES PASTORALES

Composante Gestion des crises pastorales

Composante 4: Gestion des crises pastorales : Cette composante vise à améliorer la préparation aux situations de crise, la prévention et la réponse aux niveaux national et régional. Le résultat à moyen terme attendu est la réduction du temps nécessaire, en période de crise pastorale, pour atteindre 50 % des bénéficiaires ciblés (précédemment identifiés dans un plan d’intervention en situation de crise qui prend en compte spécifiquement les éleveurs). Le résultat intermédiaire attendu est l’identification et l’intégration de paramètres dans les systèmes nationaux d’alerte précoce pour prendre en compte efficacement la prévision des crises dans le secteur pastoral et planifier des réponses mieux adaptées et plus rapidement. Le projet appuiera un mécanisme pour aider les éleveurs vulnérables et leur famille à diversifier leur revenu à travers des activités génératrices de revenus et la formation à de nouveaux métiers / activités dans les zones d’élevage. Le PRAPS prévoit également, à travers un nouveau mécanisme de gestion réduire le temps nécessaire pour fournir des fonds aux gouvernements afin de répondre à une crise pastorale qui réponde aux critères d’admissibilité.

Sous-composante 4.1: Préparation aux crises pastorales et diversification des moyens de subsistance : Les activités directement liées à la préparation aux situations de crise (volet A) comprennent: le renforcement et l’harmonisation des systèmes d’information et des systèmes d’alerte précoce pour les éleveurs incluant les systèmes d’alerte précoce décentralisés; (ii) l’élaboration de plans de réponse aux crises pastorales (niveau régional et national) ; et (iii) le renforcement de la capacité de mise en œuvre des systèmes d’alerte précoce. Le volet A s’appuie sur l’expérience CILSS. Un important effort sera déployé pour aider les pays participants dans l’utilisation de stratégies plus spécifiques lors de la mise en œuvre de plans de réponse aux crises pastorales, afin de s’assurer qu’ils atteignent les membres les plus vulnérables de chaque communauté affectée (notamment les jeunes, les femmes et les personnes âgées). Le projet mobilisera d’importantes initiatives de renforcement des capacités, notamment par le financement de la formation du niveau central au niveau local en matière de directives relatives à la gestion des crises pastorales, tels que LEGS.

Le volet B appuie la diversification des revenus qui s’obtiendra par l’identification et le renforcement des opportunités de modes de vie alternatives avec une attention particulière à l’amélioration du niveau de vie des derniers 40 pourcent de la population dans les zones ciblées. Le PRAPS fera la promotion de modes de vie viables pour les ménages pastoraux et des alternatives pour les personnes qui quittent le pastoralisme. Les activités financées seront notamment : (i) améliorer l’employabilité (particulièrement celle des jeunes) en développant l’accès à des opportunités de formations professionnelles adaptées et (ii) aider les personnes vulnérables (particulièrement les femmes, les jeunes et les personnes déplacées) à s’engager efficacement dans des microprojets de diversification sélectionnés qui génèrent une valeur ajoutée locale et des opportunités d’emploi, par le truchement de financements compétitifs (des subventions).
Les modalités de mise en œuvre dépendront de chaque contexte national et particulièrement des opportunités existantes, pour s’appuyer soit sur: (i) des institutions nationales spécialisées tels que les fonds de formation professionnelle au Tchad (FONAP), en Mauritanie (INAP-TFP), et au Mali (FAFPA) ou sur (ii) des projets existants financés par l’AID qui poursuivent des objectifs similaires et sont mis en œuvre par une approche de Développement Centrée sur la Communauté (comme au Burkina Faso et au Niger). Dans ce dernier cas, l’identification et la mise en œuvre d’activités d’appui au mode de vie suivra des processus découlant de la demande de la communauté s’inspirant de processus participatifs établis.