Bienvenue sur le portail web du PRAPS : Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel

.

AMELIORATION DE LA SANTE ANIMALE

AMELIORATION DE LA SANTE ANIMALE

Composante Amélioration de la santé animale

Composante 1: Amélioration de la santé animale.

Le PRAPS soutient les efforts nationaux et régionaux essentiels pour bâtir des Services vétérinaires nationaux (SVN) plus durables et efficaces, et mène des campagnes de surveillance et de lutte contre les principales maladies qui touchent les grands et les petits ruminants. Le projet met spécifiquement l’accent sur la fourniture de services locaux de santé animale dans les zones pastorales reculées. Il est organisé autour de:

Sous-composante 1.1: Amélioration de l’infrastructure et renforcement des capacités des services vétérinaires nationaux.
Pour renforcer les SVN et améliorer l’offre de services de santé animale de proximité dans les zones pastorales et agropastorales, le projet permettra de: (i) améliorer les infrastructures et les équipements essentiels pour permettre aux SVN de s’acquitter de leurs tâches; (ii) appuyer l’installation des professionnels de la santé animale dans des zones stratégiques pour les pasteurs; (iii) renforcer les capacités par le biais de programmes de formation initiales et continues; et (iv) fournir une assistance technique ciblée, tout en s’appuyant sur des formations de formateurs en utilisant les points focaux nationaux de l’OIE lorsque c’est possible.

Sous-composante 1.2: Appui à la surveillance et au contrôle des maladies animales prioritaires et des médicaments vétérinaires.
Pour réduire la prévalence des maladies régionales essentielles (en particulier la péripneumonie contagieuse bovine et la PPR), le projet appuiera la mise en œuvre de: (i) campagnes de vaccination à l’échelle régionale (PPR et PPCB); (ii) programmes de surveillance pour un large éventail de maladies, dont la peste des petits ruminants (PPR) et la péripneumonie contagieuse bovine (PPCB), et également la fièvre de la vallée du Rift (FVR), la fièvre aphteuse (FA) et la brucellose; (iii) un programme de surveillance de la qualité des médicaments vétérinaires; et (iv) des campagnes de sensibilisation et la formation pour les pasteurs et les agro-pasteurs afin d’accroître leur participation à la surveillance et au contrôle des maladies animales. En matière de collecte des données sur les indicateurs du projet, les RSE des UCP (pays) avec l’appui des Délégués des pays auprès de l’OIE et de leurs coordonnateurs nationaux pour les programmes de vaccination, sont responsables de la collecte, de la validation et de la synthèse des informations pour le pays et de la transmission aux antennes régionales et à l’URC/CILSS. Au niveau régional, l’OIE est responsable du contrôle de la qualité des données et de la préparation du tableau de synthèse régional.

Au niveau régional, le projet apportera un appui à : (i) la coordination des activités nationales de santé animale; (ii) la fourniture d’une assistance technique adaptée aux besoins particuliers, principalement la surveillance épidémiologique; et (iii) l’élaboration et la mise en œuvre de programmes de formation, tout en s’appuyant sur des formations de formateurs et en utilisant les points focaux nationaux de l’OIE lorsque c’est possible. Les activités régionales permettront d’améliorer l’efficacité et l’harmonisation des programmes de surveillance et de contrôle des maladies transfrontalières prioritaires, de faciliter une circulation et un commerce de bétail plus sûrs dans la région et d’améliorer le partage des informations relatives à la santé animale entre les pays.
La responsabilité de la mise en œuvre des activités régionales de la Composante santé animale sera confiée à moyen terme au CRSA. A ce jour, le CRSA n’est pas opérationnel. En attendant qu’il le devienne conformément à la décision prise en 2012 par les Chefs d’Etat des pays de la CE-DEAO, l’Organisation mondiale de la santé Animale (OIE) mettra en œuvre les activités régionales de la composante santé animale dans le cadre d’une maitrise d’ouvrage déléguée CILSS-OIE pour une durée minimum de deux ans. Cette période transitoire permettra de renforcer le CRSA afin qu’il s’acquitte de son mandat de coordonner, soutenir et harmoniser les activités et stratégies de santé animale entre les pays de la région.

Les résultats à court terme sont une augmentation de la part d’animaux vaccinés contre la PPCB et la PPR et la réhabilitation ou l’installation d’unités vétérinaires fonctionnelles.  Cette composante bénéficiera aux propriétaires de bétail, y compris les femmes qui possèdent souvent des animaux domestiques (particulièrement des petits ruminants).

Quant au moyen terme, il s’agira d’atteindre au titre de cette composante  :

  • (i) une augmentation de la séroprévalence post vaccinale pour la peste des petits ruminants (PPR)
  • (ii) une diminution du taux de prévalence des troupeaux infectés par la Péripneumonie contagieuse bovine (PPCB).