Accueil Actualités Actus PRAPS-MALI PRAPS-Mali- des actions spécifiques en faveur des femmes et des jeunes

PRAPS-Mali- des actions spécifiques en faveur des femmes et des jeunes

Dans les pays où il intervient, à savoir le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Tchad, les Bénéficiaires directs du  PRAPS sont les  pasteurs  et les agropasteurs dans les zones transfrontalières et le long des axes de transhumance avec une attention particulière aux femmes et aux jeunes représentants 30% de ces bénéficiaires.  

Evoluant dans cette logique, sur les  440 000 bénéficiaires prévus d’ici la fin du projet, le PRAPS-Mali vise 132 000 femmes et jeunes, un défi majeur pour les acteurs de mise en œuvre du projet. En effet , cette couche est vulnérable et a besoin d’appuis spécifiques et stratégiques pour bénéficier à juste titre  des actions et des resultats  des quatre composantes techniques du projet dont les initiatives intégrées et combinées visent à améliorer la santé animale, la gestion des ressources naturelles, la facilitation de l’accès aux marchés et la gestion des crises pastorales.

C’est ainsi que du démarrage de ses activités en  2016 à nos jours, des stratégies d’intervention et d’importantes activités spécifiques ont été menées pour booster l’impact du projet sur les femmes et les jeunes. Il s’agit entre autres des activités de renforcement de capacités des femmes et des jeunes dans divers domaines , d’acquisition de semences fourragères, de matériels et d’équipements de collecte de transformation et de commercialisation de lait,  des activités génératrices de revenus (embouche de petits  ruminants, activités artisanales,  aviculture villageoise), d’incitation à la vaccination des petits ruminants , l’élevage des petits ruminants étant une des activités principales des femmes, d’implication des femmes dans la restauration des bourgoutières, de participation des femmes et des jeunes dans les comités de gestion des infrastructures et aménagements pastoraux 

Oumou Camara transformatrice de lait (commune de Koutiala, cercle de  Koutiala) témoigne : ‘’Je suis transformatrice et commerçante de produits laitiers.  Je transforme le lait cru local en divers sous-produits dont  le beurre, le  yaourt, le lait pasteurisé, le fromage frais et sec. 

Avant l’arrivée du projet, je  perdais beaucoup de temps et mes produits étaient exposés à l’insalubrité car tout le travail se faisait manuellement. Aujourd’hui avec l’appui du projet, nous avons acquis un équipement flambant neuf  et tout le travail se fait à la machine de la  pasteurisation à la  mise en sachet. Nous faisons de l’économie de temps et d’énergie, le lait est bien protégé et le processus est rapide et propre sur toute la ligne, une véritable révolution,  ces machines ont tout changé dans notre façon de faire, et mieux, nous avons été également formées à l’utilisation des machines. Nous sommes vraiment indépendantes pour leur utilisation,  nous pouvons même former d’autres personnes à notre tour’’. 

Comme Oumou Camara de  Koutiala, ce sont  plusieurs femmes, membres de 25 groupements laitiers  d’environ 2500 femmes et jeunes qui ont bénéficié d’équipements laitiers à travers le pays. Ces équipements laitiers comportent des tricycles motorisés pour la collecte et le transport du lait cru et de la viande,  des pasteurisateurs, des tanks à lait, des ensacheuses de capacité1500 sachets/heure, de centrales d’eau glacée, de congélateurs solaires, de réfrigérateurs mobiles, d’écrémeuses électriques, de glacières, de sceaux en inox, de thermomètres en inox, de lactodensimètres, de testeurs de marmite. 

Ces groupements ont également bénéficié de formation dans des domaines aussi variés et pertinents les uns que les autres, comme les techniques d’utilisation et de gestion durable des équipements laitiers, les techniques de collecte, de transformation et de commercialisation du lait y compris les mesures d’hygiène en général et de la traite manuelle en particulier, les techniques de fabrication de la viande séchée et du poulet fumé. 

A ces appuis dont la liste est loin d’être exhaustive, il faut ajouter un important lot de semences fourragères  de maïs, de niébé et de dolique remis aux  groupements de femmes et de jeunes autour de bassins laitiers  dans les régions de  Sikasso et de Mopti et également des kits d’activités génératrices de revenus (AGR).

Adiara Sanogo, bénéficiaire de kit d’embouche (commune de Kaboïla, cercle  de Sikasso) : ‘’Je m’appelle Hadjara SANOGO. Avant l’arrivée du projet, je faisais du maraichage et du petit commerce pour subvenir à mes besoins. J’avais vraiment de la difficulté car je n’avais aucune formation et je n’arrivais pas du tout à m’organiser, j’étais vraiment dans l’obscurité. Avec l’arrivée du projet, avant de nous donner les kits,  nous avons été  formées d’abord aux  techniques d’embouche de petits ruminants,  comment nourrir et soigner les animaux, ensuite on nous a donné des ressources financières pour l’achat de quelques  têtes de moutons, de l’aliment bétail et de petits matériels ( mangeoire et abreuvoir) pour l’aménagement d’un hangar pour l’habitat des  animaux.  Je nourris mes bêtes avec les produits de mes champs. J’utilise les herbes du champ pour les nourrir. Pendant l’hivernage je cultive du niébé dont les fanes sont utilisées comme fourrage pour mes animaux. Les gens étaient surpris de voir un élevage aussi bien tenu par une femme. Après j’ai décidé de vendre les moutons pour acquérir un bœuf. Cette évolution pourrait être plus rentable. J’ai compris que j’étais vraiment en  retard en matière d’organisation et de connaissances.». 

13 Mars 2020. Village de Kaboïla, région de Sikasso, Mali. Adiara Sanogo et sa vache. « Au début les gens ne croyaient pas qu’une femme pouvait faire de l’embouche, Mais aujourd’hui tout le monde est fier de moi. Alors j’ai pour ambition de continuer ainsi. Et bientôt je pourrai prendre en charge toutes les dépenses familiales.  J’ai élevé et engraissé les moutons pendant un certains temps, avant de les vendre. J’ai alors constaté qu’avec l’argent gagné, je pouvais investir dans une vache, Et garder le surplus d’argent qui me restait, pour payer les frais de fournitures scolaires de mes enfants. Je suis persuadée qu’en investissant dans une vache, cela me rapportera davantage de profits.  Ainsi après la vente de la vache j’achèterai à nouveau des moutons et je recommencerai un autre cycle. Pendant notre formation on nous a appris comment prioriser les dépenses, Pour qu’on puisse être autonome financièrement. C’est la raison pour laquelle je ne gaspille pas mes bénéfices. »

Aichata Traoré bénéficiaire de kits d’embouche (commune de N’Togonasso, cercle de Koutiala) témoigne : ‘’Avant de démarrer mon activité d’embouche, comme toutes les autres bénéficiaires,  j’ai bénéficié d’une formation sur l’embouche des petits ruminants ; nous avons appris comment nourrir les animaux, le projet nous a ensuite alloué des ressources pour l’achat des animaux, de l’aliment bétail, de petits matériels pour leur entretien. Nos animaux bénéficient également de suivi sanitaire par les services vétérinaires  partenaires du projet.  

Comme Adiara Sanogo du village de Kaboïla, cercle de Sikasso et Aichata Traoré du village N’Togonasso, cercle de Koutiala, ce sont des milliers  de femmes et de jeunes à travers le pays qui ont bénéficié d’appuis similaires de la part du PRAPS-Mali. Ces appuis rentrent dans le cadre de la mise en œuvre du  volet B « Diversification des sources de revenus » de la  composante 4  ‘’Améliorer la gestion des crises pastorales’’ du projet. A travers ce volet B, qui  vise à améliorer la résilience conjoncturelle et structurelle des populations vulnérables en milieu pastoral notamment les femmes et les jeunes, le PRAPS-Mali finance des activités génératrices au profit des organisations socio professionnelles avec une attention particulière aux femmes et aux jeunes. Le processus de ces AGR comporte des phases d’identification et de sélection des groupements bénéficiaires. Les bénéficiaires ainsi sélectionnés sont accompagnés et orientés dans l’identification de leurs AGR et de leurs besoins en formation et dans le montage de leurs projets d’AGR pour financement. Les promoteurs des projets financés sont ensuite formés,  suivis et accompagnés pour une mise en œuvre efficiente et efficace de leurs activités. C’est ainsi qu’en 2018, 2019 et 2020, le PRAPS-Mali a financé 14609  bénéficiaires représentant des groupements et des porteurs individuels dont plus de 75% de femmes dans les régions de Kayes , Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti, Gao, Tombouctou, Kidal Ménaka et Taoudéni en embouche de petits ruminants, aviculture villageoise, en transformation de lait et en artisanat ( peau et cuir), transformation des produits forestiers et non ligneux, soit un total de 439 projets financés pour un montant total de 187 796 500 FCFA au profit des femmes et des jeunes.

FOCUS

Passation de témoin à la Coordination nationale du PRAPS- BF

Après six années passées à la tête du projet et admise à faire valoir ses droits à la retraite, la Coordonnatrice nationale, Madame Edith...

Le PRAPS SUR TWITTER

3 mois depuis
Démarrage ce lundi 9 mai 2022 à #Koudougou d'un mini atelier pour l'adaptation de la stratégie de communication et élaboration du plan de communication du PRAPS-2 @CILSSinfos https://t.co/lwsafgTRpK
4 mois depuis
Jour 3
#ingenieriesociale
#Sauvegardes
#environnementale
#sociale
#praps2
#Jour3
Travaux de groupes sur l'ingénierie sociale et SES pour l'élaboration des fiches pour les couloirs de transhumance,aires de repos, Boutique à aliment à bétail, Points d'eau. https://t.co/ZHlkigeqSN
4 mois depuis
Au tour du PRAPS- 2 Sénégal pour son partage : la fiche de screening environnemental et social sur la base de la fiche sur la sensibilité et la prévention des conflits dans le cadre du Projet Pastoralisme et Stabilité au Sahel et dans la Corne de l'Afrique (PASSHA).
#praps https://t.co/YKAXOApaZz

VIDEO À LA UNE

Entrtiens techniques du Praps

>>> Erreur : Contactez l'administrateur pour voir ce contenu <<<
العربية English Français