Accueil Actualités Améliorer le contrôle de la péripneumonie contagieuse bovine (PPCB) et de la...

Améliorer le contrôle de la péripneumonie contagieuse bovine (PPCB) et de la peste des petits ruminants (PPR) pour renforcer la résilience des ménages pastoraux et agropastoraux

La peste des petits ruminants (PPR) et la péripneumonie contagieuse bovine (PPCB) sont les principales menaces du cheptel sahélien.

L’Afrique de l’Ouest étant le berceau de la PPR, elle peut y être considérée comme endémique dans tous les pays du PRAPS avec des taux initiaux (sans vaccination) de séro-prévalence avoisinant les 30 à 40%. Cependant précédemment à la mise en œuvre du PRAPS la prise en compte de la PPR était très variable d’un pays à l’autre. Le Sénégal et le Mali avaient maintenu des programmes de prophylaxies qui étaient restés cependant très limités (moins de 20% de taux de couverture vaccinale). La Mauritanie, le Burkina Faso et le Tchad n’avaient pas réellement de programmes de prophylaxies en vigueur. Seul le Niger consentait depuis de nombreuses années des efforts significatifs en matière de lutte contre la PPR. On peut donc considérer que trois pays sur six n’avaient à l’origine aucune expérience en matière de prophylaxies des petits ruminants. C’est dans ce cadre que tous les pays du PRAPS se sont engagés à contribuer à la stratégie mondiale d’éradication de cette pathologie. Concernant la PPCB, hormis le Sénégal, tous les pays avaient maintenu, depuis au moins une dizaine d’années un programme de vaccination annuel significatif contre cette pathologie.

Précédemment à la mise en œuvre du PRAPS pour ces deux pathologies aucun document de planification stratégique à moyen long terme n’était disponible. Les prophylaxies se faisaient donc de manière routinière sans vision à long terme pouvant faire l’objet d’une évaluation régulière. D’autre part aucune des bonnes pratiques de vaccination essentielles (supervision par les SV, suivi de la qualité des vaccins, certification des vaccins, sensibilisation, etc. ne faisait l’objet d’un suivi régulier.

Dans ce contexte, il fallait inscrire ces activités dans une planification stratégique à long terme permettant d’une part d’améliorer l’efficacité des campagnes de vaccination (augmentation du nombre des vaccinations et adoption des bonnes pratiques de vaccination) et de les harmoniser entre les pays et d’autre part de faciliter la mobilisation de tous les acteurs présents et à venir (BID, AFD).

Résultats et acquis

Sur le plan quantitatif

Année2015201620172018201920202021Total général
PPCB15 491 34720 142 55919 979 77222 599 34421 439 51719 122 050118 774 589
Burkina Faso2 643 8653 363 9493 640 7342 754 7212 695 6612 784 44317 883 373
Mali4 769 6255 283 9415 360 6855 650 9155 125 5614 988 18631 178 913
Mauritanie1 500 8021 963 4801 931 6861 480 8661 505 5671 633 21810 015 619
Niger5 079 0494 430 7673 321 6988 589 8359 193 9896 807 53637 422 874
Sénégal1 498 0061 734 4041 751 9821 406 0451 346 0032 121 0769 857 516
Tchad3 366 0183 972 9872 716 9621 572 736787 59112 416 294
PPR13 233 98118 879 20128 907 63029 942 72429 074 61832 292 765152 330 919
Burkina Faso500 000366 393253 560208 8382 454 1064 446 0848 228 981
Mali1 800 8812 715 5672 819 6283 499 3804 467 6163 984 96319 288 035
Mauritanie234 3441 755 0482 240 4002 232 9053 044 0584 060 42813 567 183
Niger8 485 93911 630 87614 168 27117 174 91613 940 14913 578 59378 978 744
Sénégal2 212 8172 411 3173 120 0844 720 4522 309 8984 225 40018 999 968
Tchad6 305 6872 106 2332 858 7911 997 29713 268 008
Total général28 725 32839 021 76048 887 40252 542 06850 514 13551 414 815271 105 508

Sur le plan qualitatif

  • Tous les pays disposent d’une vision à long terme pour l’éradication de la PPR (Plans nationaux stratégiques d’éradication de la PPR) accompagnés des outils de programmation et de simulation ;
  • Tous les pays ont mis en œuvre un programme de formation continue de leurs agents de terrain. Certains d’entre eux vont pouvoir poursuivre ce programme durant les deux dernières années du PRAPS notamment en utilisant le Manuel à l’Usage des Personnels de Santé Animale (MUPSA) élaboré par la coordination régionale de la composante santé animale ;
  • La plupart des pays ont adopté une même méthodologie d’organisation des campagnes (campagne limitée dans le temps avec des équipes dédiées) ;
  • Tous les pays ont pu mettre en œuvre un programme de sensibilisation et de formation des éleveurs ;
  • Les vaccins utilisés dans le cadre des campagnes de vaccination financées par le PRAPS ont désormais la certification PANVAC ;
  • Tous les pays maîtrisent leur approvisionnement en vaccins PPR et peuvent utiliser si nécessaire la banque de vaccins PPR (à ce sujet il est à noter que cette Banque de Vaccins est en mesure de faire face en tant que de besoin à l’ensemble des sollicitations des pays du PRAPS) ;
  • Le déploiement des bases de données épidémiologiques sous environnement Kobo-Tool Box est en cours mais reste cependant variable d’un pays à l’autre. De très nettes avancées sont enregistrées au Sénégal qui ont été capitalisées pour faire progresser les autres pays ;
  • Tous les pays sont en mesure de réaliser et de traiter les enquêtes de séro-monitoring des campagnes de vaccination PPR.
  • Trois pays ont réalisé une enquête de séro-monitoring PPR T0 en 2018 (le Sénégal, le Niger et la Mauritanie). Les résultats de ces enquêtes sont les suivants : Mauritanie 55,4%, Sénégal 67,36%, Niger 54,92% ;
  • La mise en œuvre du marquage ayant différé dans tous les pays sauf au Sénégal, seul ce pays a été encouragé à réaliser une enquête T2 en 2019 compte tenu du caractère pilote de sa campagne de vaccination 2018/2019 réalisée avec marquage.
  • Seul le Sénégal a réalisé une enquête de séro-monitoring T3 PPR en 2020. Les prélèvements ont été effectués et sont en cours d’analyse. Les autres pays ont été incités à faire leur dernière enquête (Mali, Tchad et Burkina Faso T1, Mauritanie et Niger T2) après la campagne 2020/2021 qui sera en théorie pour la plupart d’entre eux leur première campagne avec marquage.

Chiffres/Eléments clés

Le budget  prévisionnel des appuis aux campagnes de vaccination contre la PPR et la PPCB était de 12,3 milliards de Cfa (soit environ 44 % du montant total de la composante 1)  

Pour les six ans à venir tous les pays disposent grâce au PRAPS II du budget nécessaire à l’actualisation et au suivi des PNS PPR et PPCB (notamment fonctionnement des comités de pilotage et comités techniques). La plupart des pays disposent également de ressources significatives sinon suffisantes pour l’acquisition des vaccins nécessaires à la mise en œuvre des campagnes de vaccination selon la programmation des PNS (version 2020).

FOCUS

Passation de témoin à la Coordination nationale du PRAPS- BF

Après six années passées à la tête du projet et admise à faire valoir ses droits à la retraite, la Coordonnatrice nationale, Madame Edith...

Le PRAPS SUR TWITTER

5 mois depuis
Démarrage ce lundi 9 mai 2022 à #Koudougou d'un mini atelier pour l'adaptation de la stratégie de communication et élaboration du plan de communication du PRAPS-2 @CILSSinfos https://t.co/lwsafgTRpK
6 mois depuis
Jour 3
#ingenieriesociale
#Sauvegardes
#environnementale
#sociale
#praps2
#Jour3
Travaux de groupes sur l'ingénierie sociale et SES pour l'élaboration des fiches pour les couloirs de transhumance,aires de repos, Boutique à aliment à bétail, Points d'eau. https://t.co/ZHlkigeqSN
6 mois depuis
Au tour du PRAPS- 2 Sénégal pour son partage : la fiche de screening environnemental et social sur la base de la fiche sur la sensibilité et la prévention des conflits dans le cadre du Projet Pastoralisme et Stabilité au Sahel et dans la Corne de l'Afrique (PASSHA).
#praps https://t.co/YKAXOApaZz

VIDEO À LA UNE

Entrtiens techniques du Praps

العربية English Français